L'histoire d'un migrant

30 Juin 2018

Je vais vous raconter l’histoire de Zahidullah qui est suivi à notre permanence psycho-sociale depuis bientôt 1 an.
Il a quitté l’Afghanistan à l’âge de 16 ans car les Talibans voulaient le « recruter ».
Ils lui ont demandé de les rejoindre et lui ont dit qu’il pourra revoir son père s’il accepte. En effet son papa a disparu, probablement kidnappé, depuis des années et jusqu’à aujourd’hui, il ne sait toujours pas s’il est vivant ou mort.
Sa famille a alors vendu quelques terres et lui ont offert une nouvelle vie. Un départ à 10.000€ vers l’inconnu.
De toute façon, comme il le dit si bien, ça ne peut pas être pire.
Zahidullah n’a jamais été à l’école car la région dans laquelle il vit est contrôlée par les Talibans et pour ces derniers, aller à l’école c’est aller à l’encontre de la religion et s’éloigner de Dieu. Du coup, jusqu’à ses 16 ans et tout comme ses frères et sœurs maintenant, il n’a été qu’à l’école Coranique.
Son chemin jusqu’en Belgique a duré environ 3 mois.
Il est passé par l’Iran puis la Turquie mais le plus difficile est de passer la frontière Bulgare.
Il a été arrêté 5 fois et ce n’est qu’à la 6éme traversée qu’il y est parvenu.
Ensuite, il est passé par la Serbie, la Hongrie, l’Autriche, l’Italie, la France puis la Belgique.
Dans certains pays comme en Italie et en France, il s’est arrangé avec d’autres personnes afin de construire un logement de fortune : En Italie, ils avaient occupé une gare désaffectée pendant plusieurs jours
Chaque passeur les déposait dans un endroit et leur donnait un mot de passe (style tomate, radio…etc) qu’ils devaient fournir au prochain passeur et c’est ainsi qu’ils étaient pris en charge.
Lorsque je lui demande comment il a pu payer toute la somme d’un coup sans être sûr d’arriver en Europe, il m’explique que celui qu’il a payé est Afghan, et il est connu dans sa région et qu’au cas où les voyageurs n’arrivent pas à destination, sa famille ira le voir  lui réglera ses comptes !!!!
Une fois arrivé à Bruxelles, il a été déposé à la gare du midi.
Il ne sait pas pourquoi il est resté ici… Il n’avait pas d’idées ni de choix prédéfini.
C’est ainsi qu’il a croisé un autre Afghan qui lui a indiqué le parc Maximilien. Il s’y est rendu ainsi qu’au commissariat des refugiés afin de faire sa demande d’asile.
Il a ensuite été envoyé dans un centre où il a subi un test afin que les autorités s’assurent qu’il est mineur.
C’est ainsi qu’il a été envoyé dans un centre pour MENA (mineurs étrangers non-accompagnés).
Ensuite, il a vécu à Gembloux où il s’est inscrit en classe passerelle afin d’apprendre le français et quelques cours généraux ce qui lui a donné directement accès à une 3éme professionnelle.
Il voulait déménager à la capitale mais ce n’est pas facile lorsque l’on est seul et comme le hasard fait bien les choses (quelques fois), il a rencontré Ismail qui est devenu son colocataire.
Zahidullah a 18 ans aujourd’hui, il finit sa 3ème professionnelle à l’institut des arts et métiers. Il vit en Belgique depuis environ 2 ans.
Il est heureux mais s’inquiète de la situation de sa famille et pense souvent à ses frères et sœurs plus jeunes restés au pays. Il voudrait tellement les aider mais ce n’est pas facile.
Souhaitons-lui beaucoup de chances à la hauteur de ses efforts et des difficultés qu’il a traversées.

actualités

Ce mois-ci je voudrais essayer d’analyser brièvement un fait d’actualité qui m’a particulièrement touchée et écœurée : le meurtre de Valentin Vermeersch, jeune de 18 ans souffrant d’un déficit mental qui a été torturé puis jeté à l’eau menotté et encore vivant par un groupe de jeunes qui le...