Le deuil, un sujet encore tabou dans certaines familles …

31 Décembre 2022

Chères lectrices, Chers lecteurs,

Il est fréquent que quelque chose nous échappe quand nous perdons un être cher. Cela reste un sentiment qui nous affecte, quelque chose de difficile à accepter pour certains, difficile à affronter pour d’autres ! Ces émotions peuvent alors prendre de l’ampleur dans notre cœur et nous empêcher d’avancer, de vivre ! Et pourtant, tôt ou tard, il faudra revenir à nos obligations et traverser tant d’autres événements qui demanderont notre attention, notre présence, notre personne dans son entièreté tout simplement.
Nous tenons à partager avec vous le témoignage d’une jeune fille qui est en pleine période de deuil, mais qui doit en même temps continuer à se rendre à l’école et à côtoyer le monde extérieur. Elle essaie de rester forte et d’aller de l’avant, mais elle aimerait tant arrêter de faire semblant et se libérer de cette énergie négative qui pèse lourd dans sa poitrine !

« J’aimerais crier ma douleur au monde entier, mais les normes de la société dans laquelle nous vivons ne laissent plus aucune place à l’émotion ! Sommes-nous devenus des machines ? »

Elle témoigne dans l’anonymat et nous savons que beaucoup de personnes se reconnaîtront à travers son récit.

« Bonjour,
J’ai 18 ans et je suis en pleine période de stage dans le cadre de ma 6ème année secondaire en agent d’éducation.
Au mois d’août 2022, c’est-à-dire très récemment, j’ai perdu subitement ma petite sœur. Tout s’est très vite passé. En famille, nous étions en vacances à l’étranger, tout allait bien jusqu’à la dernière semaine avant notre départ. Ma petite sœur a commencé à avoir un comportement inhabituel à deux reprises. Nous étions étonnés, mais sans en être alertés. Puis, à l’aéroport, elle est brusquement tombée et s’est mise à faire une crise qui semblait être épileptique. L’ambulance l’a emmenée accompagnée de mon père. Avec le reste de la famille, nous devions rentrer en Belgique. Nous étions tous terrifiés, car plus tard dans la soirée, nous avons appris qu’elle se trouvait dans le coma. Je n'oublierai jamais ce jour noir, c’était exactement le 7 septembre 2022, en rentrant chez moi après les cours. Tous mes espoirs se sont effondrés… moment de larmes…. J’ai appris que c'était fini, ma petite sœur que j’aimais tant s’en est allée… moment de larmes… C’était une tumeur au cerveau. Je n’ai même pas eu l’occasion de lui dire au revoir ni d’assister aux funérailles… moment de larmes !
Elle représentait beaucoup pour moi, elle était ma petite sœur, une amie, une confidente… J’essaie de ne pas penser à elle, à son beau visage et à ses rires, mais c’est inévitable. À la maison, les moindres détails qui me rappellent ma petite sœur sont douloureux. Je la revois s’empresser pour m’ouvrir la porte quand je rentrais de l’école pour me raconter sa journée, je lui racontais à mon tour la mienne… moment de larmes…. Excusez-moi, c’est dur !
Il m’arrive de culpabiliser quand je pense aux jours où je n’ai pas su contrôler ma colère, où je n’étais pas toujours présente pour elle quand elle en avait besoin, où j’ai manqué de patience… Je m’en veux de ne pas avoir vu les signes qui montraient qu’elle n’allait pas bien, moi qui étais si proche d'elle !
C’est une grosse boule qui me serre la gorge les rares fois où je l’évoque ! Je dis « les rares fois » parce que chez moi, on ne reparle plus de cette tragédie de peur de raviver la douleur ! C’est devenu un sujet tabou !
À l’école, j’ai carrément flanché et j’ai manqué de respect à un professeur, cela ne me ressemble pas du tout. J’ai été convoquée par le PMS et j’ai eu l’occasion d’expliquer un peu ma situation. J’ai vite compris que je devais me ressaisir et retourner en classe.
J’ai tellement besoin qu’on en discute et surtout qu’on se soutiennent mutuellement à la maison. Or, j’ai plutôt l’impression que chacun s’isole de son côté. C’est une vraie torture !
Je perçois l’inquiétude et la tristesse de ma mère quand elle s’arrête dans la chambre de ma petite sœur pour sentir son odeur dans ses vêtements, la frustration de ma grande sœur qui regrette de ne pas avoir été assez proche, le déni de mon père qui se replie dans sa chambre et l’ignorance de mon petit frère qui crie à tue-tête que notre sœur est morte… Personne ne veut mettre des mots sur ce drame que nous venons tous de vivre, la disparition soudaine de ma petite sœur de 14 ans !
Même quand tout le monde est réuni à table pour le repas, l’ambiance est froide et c’est le silence qui règne. On peut juste observer la place vide qu’occupait notre défunte sœur.
En dehors de la maison, ce qui m'oppresse, c’est qu’aujourd’hui tout ce qui compte, c’est l’image extérieure, l’apparence de l'individu ! Dès qu’on parle d’histoires douloureuses, les gens embrayent sur une autre conversation. Et donc, avec solitude, si le jour je souris, personne ne sait que le soir, je déprime ! Quand je pleure toutes les larmes de mon corps, je me cache où je les sèche rapidement de peur d’être vue. C’est devenu une honte de pleurer, car c'est perçu comme une faiblesse. Je dois me reprendre comme un soldat, retourner à ma routine du quotidien où tout tourne autour de l’efficacité, de la réussite à tout prix !
J’ai l’impression d’avoir raté une marche d’escalier, je suis bloquée. J’aimerais me relever et continuer à vivre sans me fondre dans la masse pour paraître normale comme tout le monde. Ma famille et moi n’avons pas eu l’occasion de lui faire nos adieux, on ne réalise pas, ce n’est pas possible qu’elle ne soit plus là. J’aimerai faire le vide et ne garder dans mon cœur que les bons moments vécus avec ma chère sœur !
C’est ce qu’on nous disait à l’époque, pour rebondir, ne garder à l’esprit que les meilleurs souvenirs du défunt ! Et puis, avant, on partageait le deuil, on pleurait ensemble, on se serrait dans les bras. Autour de soi, les gens savaient que nous vivions un deuil et nous étions même soutenus par le voisinage, des inconnus. Mais où est passée la chaleur humaine ?
C'est anodin, mais regardez, j’ai pu me livrer intimement à vous pourtant, vous ne faites pas partie de ma famille. Sachez que cet échange m’a fait le plus grand bien ! »

Ce témoignage est bouleversant. Nous tenons fortement à remercier cette jeune pour son témoignage ainsi que pour la confiance qu’elle nous a témoigné. Afin de comprendre un peu mieux toutes les émotions qui nous traversent lors de la perte d’un être cher, nous avons souhaité vous donner plus d’informations sur le fonctionnement du deuil. Bien que chaque personne ait sa propre manière de vivre le deuil, des chercheurs décrivent différentes étapes importantes du processus. Chacun d’entre eux va nommer celles-ci en fonction de ses recherches et de ce qui en ressort. Nous parlerons en termes généraux, voici les quatre phases qui se rejoignent ;

★ La phase du choc et du déni
★ L’état dépressif
★ Le renforcement du lien avec la personne décédée
★ La récupération / l’intégration voire l’acceptation

L’état de choc et le déni sont à dissocier, car ce sont deux étapes différentes qui se suivent. Le premier est l’impact de l’annonce de la perte et le second est un mécanisme de défense face à la réalité de la perte d’une personne qui nous est chère. L’endeuillée sera dans l’incapacité à réaliser la perte tout de suite.
L’état de choc peut aussi varier en fonction des circonstances et de l’annonce du décès. Il peut être atténué lorsque la mort est attendue pour cause de maladie par exemple. À contrario, lorsque celle-ci n’est pas attendue et qu’elle survient brusquement par un accident ou un suicide, l’émotion peut être plus forte.
L’étape suivante correspond à un état dépressif réactionnel qui est une phase absolument normale dans le processus du deuil. L’endeuillé n’est plus dans le déni de la perte, il prend conscience qu’il ne reverra plus jamais le défunt. Il est en souffrance, et est envahi par un tas d’émotions comme la tristesse, la colère, la peur, la culpabilité, le soulagement, voire même le sentiment d’injustice. Chaque personne a sa propre manière d’exposer, de partager, de déposer ses émotions. Les larmes, les cris, les gémissements, la souffrance vont permettre d’exprimer les ressentis face au deuil.

Pourquoi cette phase correspond-elle à un état dépressif ?

En effet, nous retrouvons toute une série de symptômes qui correspondent à l’état dépressif. Nous pouvons observer chez la personne touchée par une perte, une diminution des prises d’initiatives, une passivité, du découragement, un état d’anxiété. Des perturbations physiologiques risquent de survenir et peuvent en particulier impacter l'appétit, le sommeil, la sexualité de la personne.
Nous comprenons donc que la souffrance et la douleur morale sont inévitables et centrales dans le processus du deuil. Toutefois, certaines personnes peuvent aussi éprouver du mal à exprimer et extérioriser ces ressentis. Il ne faut donc pas penser que les proches ne souffrent pas de la perte d’un membre précieux.
Ensuite, l’endeuillé va se remémorer des souvenirs du défunt. Les souvenirs et les moments vécus avec la personne décédée vont remonter à la surface afin de permettre une prise de conscience des événements vécus dans le passé et qu’il n’y en aura plus d’autres dans l’avenir. Il est évident que le travail du deuil prend du temps et est progressif.
À petits pas, la personne en deuil va avancer dans son chemin afin de parvenir à l’intégration voire à l'acceptation de la perte. Il est difficile d’utiliser le terme « acceptation », car tout le monde ne parvient pas à accepter la mort d’une personne chère, comme un parent, un enfant, un frère ou une sœur, un(e) ami(e) proche, etc. malgré les années qui passent.
Il est donc nécessaire de prendre le temps pour franchir cet évènement douloureux de la vie. Il ne faut pas non plus négliger le phénomène collectif et sociétal du deuil. Il concerne l’entourage proche ou éloigné de la personne décédée.
Chères Lectrices, Chers Lecteurs, nous tenons à vous encourager, à faire preuve de bienveillance, à être attentif et ouvert envers votre entourage, votre famille, vos amies, vos collègues de travail, dans la rue…. Un simple sourire, une écoute, un petit coup de main, accepter une discussion même si à première vue, cela ne vous intéresse pas, participer quand même… Rien de mieux pour gagner la confiance de l’autre et partager un moment sereinement. Vous pourriez ainsi apporter votre soutien sans même vous en rendre compte. Ce sont des petits détails qui font du bien quand on sait qu’il est souvent très difficile de se libérer seul.

Nous remercions également cette jeune fille d’avoir eu le courage de partager avec nous son vécu.

Neslihan ERYORUK et Farida CHALLOUKI
Assistante en psychologie et secrétaire

Sources théoriques :

- (2001). Deuils. Études, 395, 475-491. https://doi.org/10.3917/etu.955.0475
- Philippin, Y. (2006). Deuil normal, deuil pathologique et prévention en milieu clinique. InfoKara, 21, 163-166. https://doi.org/10.3917/inka.064.0163 
- Genoud-Champeaux, M.D. (2016). Deuil, maladie, séparation. Pratiques d’accompagnement des familles (1re éd.), De Boeck Supérieur.
 

actualités

Qui dit nouvelle année à Inser’action … dit nouveau projet ... Avec le groupe des grands, nous sommes constamment en recherche de nouvelles manières de s’émanciper. Pour cette année 2022-2023, afin de réaliser un plus gros projet, que ce soit pour une semaine de camping et de randonnée, pour louer...

Tu rêves de partir à la rencontre de nouvelles cultures ? Découvrir de nouvelles personnes, déguster de nouvelles saveurs, voir de nouveaux horizons ? Traverser l’Italie, la Pologne ou encore la Suède ? Et faire tout cela à l’aide d’un moyen de transport respectueux de ton environnement ? Tu viens...

Pour cette année scolaire 2022-2023, l’enseignement supérieur a connu quelques changements. Le décret Paysage, aussi appelé décret « Marcourt », est entré en application depuis quelques années maintenant, dans le but de démocratiser l’accès aux études supérieures. Mais avec le recul et la...

Comme vous le savez, nous avons organisé ce samedi 1er octobre 2022 notre traditionnelle « Journée des montées » au stade Georges Petre. Cette journée sympathique permet aux uns et aux autres de tisser des liens, de se rencontrer, de discuter, d’échanger avec les collègues/ les parents, dans une...

Chers lecteurs, chères lectrices, Connaissez-vous cet endroit spécialement aménagé pour vos bébés ? Mais oui, vous le connaissez, un endroit où se trouvent parcs, jouets ou encore tétines. La crèche bien sûr ! A priori, nous connaissons tous ce qu’est une crèche. C’est un endroit où nous pouvons...