Pour l’instant à Inser’action, nous réfléchissons beaucoup sur le passé et le présent. Deux preuves parmi d’autres : nous avons participé à une journée associative organisée par le Sima dont le thème était : « Entre hier et aujourd’hui, 1001 voi(es)x de la diversité à Saint-Josse », et la...

Sur le trajet du retour d’une de nos journées d’activités avec les familles, nous étions dans la camionnette et nous avons aperçu des jeunes perchés sur la rambarde d’un pont au-dessus de la route. Cette mise en danger nous a fait froid dans le dos, pourquoi prennent-ils ce risque ? Chuter peut...

Lors d’un cours d’alphabétisation avec les participantes nous avons eu une conversation très intéressante sur les préoccupations qu’ont les mamans par rapport à leurs enfants. Une des mamans nous a expliqué que lorsque ses filles sont absentes elle n’est pas à l’aise, elle s’imagine des tas de...

Le projet d'un enfant / enfant projet

31 Mai 2017 31

De nombreux couples sont de plus en plus confrontés aux difficultés liées à l’éducation de leur(s) enfant(s). Ces difficultés peuvent être dues à un déséquilibre au niveau de l’autorité du père et ou de la mère ; l’un ou l’autre ayant démissionné de son rôle ou alors étant trop investi dans l’éducation de l’enfant.

Pour éduquer un enfant, il faut à mon avis un équilibre et une répartition des rôles cohérente et fidèle aux valeurs propres du couple. Cet équilibre et cette cohérence doivent transparaître au sein de la relation du couple, mais aussi vis-à-vis de leur désir d’enfant.

En effet, il est dommage de constater que beaucoup de couples décident de faire un enfant sur base du simple désir d’enfant, un désir qu’ils n’accompagnent pas d’un projet éducatif commun. Quelles valeurs allons-nous transmettre à cet enfant ? Quel rôle le père va-t-il jouer ? Et la mère ? Quel type d’enseignement, quelle confession religieuse va-t-il suivre ? Etc. Des questions que tous les futurs parents devraient en principe se poser avant de concevoir un enfant. La conception d’un enfant devrait s’appuyer sur un réel projet plutôt que sur une programmation matérielle ou un désir pulsionnel. Chacun des futurs parents doit pouvoir déterminer quelle place il compte occuper par rapport à l’enfant et comment il va l’occuper et ce, en se portant garant de protection et d’autorité.

Malheureusement, beaucoup de parents se retrouvent à improviser une fois que l’enfant est là ; ils pensaient que ça allait aller de soi, qu’ils sauraient quoi faire le moment venu. Et lorsque le moment survient justement, ils ne tombent hélas pas toujours d’accord sur la manière de procéder. Bon nombre de couples avouent à demi-mots s’être séparés à cause de leur(s) enfant(s).

A ce désaccord cité plus haut, viennent s’ajouter ces lois qui protègent la jeunesse et qui ne considèrent que le bien être supérieur de l’enfant, voire même mettent l’enfant au même niveau que ses parents, réduisant ainsi à néant l’autorité parentale.

On se retrouve alors avec des enfants rois à qui on ne peut plus rien dire. Cette puissance de l’enfant d’aujourd’hui pousse bien des parents au bout de leurs retranchements, les laissant démunis, dépossédés de leur pouvoir de parents. Face à des crises d’adolescence qui surviennent de plus en plus tôt, c’est une réelle épreuve que traversent ces parents.

Il est donc primordial de ne pas considérer l’enfant comme l’objet de votre création, mais plutôt de le considérer comme l’objet de sa propre création. L’enfant prend forme en s’appuyant sur les informations que lui apportent ses parents et ces informations doivent être les plus claires et les plus cohérentes possible et ce jusqu’à ce qu’il soit en âge d’autonomie (totale).

Marie

Thèmatique(s)
Parentalité