Violence et diffusion

31 Mai 2017

Ce mois-ci je voudrais essayer d’analyser brièvement un fait d’actualité qui m’a particulièrement touchée et écœurée : le meurtre de Valentin Vermeersch, jeune de 18 ans souffrant d’un déficit mental qui a été torturé puis jeté à l’eau menotté et encore vivant par un groupe de jeunes qui le connaissaient.

Comment essayer de comprendre l’incompréhensible ?

Selon Jean-Marie Gauthier, pédopsychiatre à l'hôpital de la Citadelle à Liège, « plusieurs éléments ont joué, comme l'effet de groupe, le sentiment de toute-puissance, le manque d'éducation, mais aussi la nature humaine, particulièrement agressive »[1]. Un autre élément est à prendre en compte : l’influence des réseaux sociaux car une partie de la torture a été filmée et diffusée sur Internet.

1) L’homme est-il un loup pour les autres hommes ? Effet de groupe et agressivité de l’Homme.

Jean-Marie Gauthier explique que cette agressivité propre à l’humain diminue avec l’âge, que c’est plus ou moins à l’âge de 22 ans que l’Homme est capable de contrôler ses pulsions et comportements agressifs.

Les présumés coupables sont quatre jeunes âgés de 19 et 20 ans dont une fille et le cinquième est mineur. Ils n’ont pas antécédents connus.

Nous sommes un peu malheureusement dans l’ère de l’enfant tout-puissant et les parents ont cette responsabilité d’éduquer leurs enfants et de leur apprendre à maitriser leur agressivité et de leur inculquer qu’on n’a pas le droit de tout faire.

L’effet de groupe vient renforcer ce sentiment de toute-puissance. Je vais illustrer mes dires par l’expérience « De la poule ou de l’œuf »  de l’artiste Jérémie Pujau. Vous pouvez visionner une de ses expériences sur le lien suivant : https://vimeo.com/95954472.

En gros, il se tient immobile placé derrière une table où il a placé une nappe et 120 œufs et on observe la réaction des passants. Il a fait plusieurs fois cette expérience et dans plusieurs villes. Le plus souvent, ce sont des jeunes qui lui lancent des œufs dessus, l’un commence les autres suivent mais parfois aussi des adultes. C’est de l’humiliation en plein lieu public. Il y a quelques personnes qui jouent les héros aussi : une jeune fille a embarqué tous les œufs pour qu’ils ne puissent plus être lancés, un autre a protégé le visage de l’artiste avec un bout de carton.

Jérémie Pujau nous dit : « Dans les faits, rares sont ceux qui osent sortir du groupe. Parce qu’un groupe qui perd un membre est moins fort et se sent plus en danger. Celui qui en part devient une menace, une autre personne à abattre. »[2]

 

2) La méthode du Happy slapping

Le Happy slapping (Vidéo-lynchage) consiste à filmer, à l'aide de son smartphone, une scène d’agression à laquelle on assiste. La diffusion sur Internet et les réseaux sociaux est un élément aggravant.

La diffusion sur Internet a pour but que la victime subisse une deuxième humiliation. Via Internet, il y a une certaine distance entre la victime et son bourreau, il y a encore moins d’empathie et les jeunes n’ont aucune limite car ils se sentent protégés par l’écran. C’est par cette absence de confrontation physique sur Internet que le cyberharcèlement est très violent et a un cycle sans fin.

En France, le Code pénal punit le Happy slapping mais ce n’est pas encore le cas chez nous, en Belgique on peut être poursuivi sur base d’autres dispositions légales qui existent déjà.

  • Coups et blessures

En filmant une agression, certains juges considèreront que la personne qui filme est complice de coups et blessures.

« Il faut savoir que la personne qui porte des coups risque un emprisonnement de 8 jours à 6 mois et une amende de 208€ à 800€. Si les coups ont entrainé une maladie, une incapacité de travail, ou encore la mort de la personne agressée, ces peines peuvent augmenter jusqu’à 5000€ d’amende et 15 ans de réclusion. »[3]

Lorsqu'un des mobiles de l’agression est le mépris ou l'hostilité à l'égard d'une personne en raison d’une de ses caractéristiques personnelles (couleur de peau, origine, sexe, orientation sexuelle, handicap…), les peines sont encore plus élevées !

Un complice de coups et blessures se voit généralement appliquer une peine légèrement inférieure à celle de l’auteur.

  • Non-assistance à personne en danger

Au lieu de filmer une agression à laquelle on assiste, il serait plus adéquat d’appeler les secours ou de venir en aide à la personne

La peine pour non-assistance à une personne en danger peut aller d’un emprisonnement de 8 jours à 1 an, et/ou une amende de 400€ à 4000€. Si le crime filmé est motivé par le mépris pour une personne en raison d’une des raisons citées au-dessus, le risque d’emprisonnement est de 16 jours à 1 an et/ou une amende de 800€ à 4000€.

  • Diffusion

Diffuser une vidéo sans l’accord de la personne filmée, est une infraction aux règles concernant le droit à l’image. La personne commettant cette infraction encoure des sanctions civiles et pénales.

Si la personne qui filme est mineur au moment des faits, elle n’encoure en principe pas de sanctions pénales, mais risque de se retrouver devant le juge de la jeunesse, qui peut imposer des mesures éducatives (pouvant aller de la « simple » réprimande à un enfermement en I.P.P.J.).

En ce qui concerne les bourreaux présumés de Valentin : le mineur a été placé en IPPJ, les 4 autres ont été inculpés pour meurtre. Le dossier est toujours en cours d’enquête, il faudra faire appel à des experts psychiatriques et psychologiques pour comprendre ce qu’il s’est passé et attendre que le jugement soit rendu.

Coralie

Sources :

 

actualités

Je vais vous raconter l’histoire de Zahidullah qui est suivi à notre permanence psycho-sociale depuis bientôt 1 an. Il a quitté l’Afghanistan à l’âge de 16 ans car les Talibans voulaient le « recruter ». Ils lui ont demandé de les rejoindre et lui ont dit qu’il pourra revoir son père s’il accepte...

 

Comme je l’avais déjà écrit auparavant, nous avons envoyé plusieurs de nos jeunes en formation d’animateur et je peux vous assurer qu’ils sont tous revenus enchantés par cette expérience. J’ai revu Iman qui vient de finir son premier module et en trois mots : elle a adoré ! Alors, sans rentrer dans...