Pour l’instant à Inser’action, nous réfléchissons beaucoup sur le passé et le présent. Deux preuves parmi d’autres : nous avons participé à une journée associative organisée par le Sima dont le thème était : « Entre hier et aujourd’hui, 1001 voi(es)x de la diversité à Saint-Josse », et la...

Sur le trajet du retour d’une de nos journées d’activités avec les familles, nous étions dans la camionnette et nous avons aperçu des jeunes perchés sur la rambarde d’un pont au-dessus de la route. Cette mise en danger nous a fait froid dans le dos, pourquoi prennent-ils ce risque ? Chuter peut...

Lors d’un cours d’alphabétisation avec les participantes nous avons eu une conversation très intéressante sur les préoccupations qu’ont les mamans par rapport à leurs enfants. Une des mamans nous a expliqué que lorsque ses filles sont absentes elle n’est pas à l’aise, elle s’imagine des tas de...

Transmissions

30 Novembre 2018 30

Avec le groupe d’apprenantes des cours de Français nous avons fait une table de discussion très intéressante. Cela leur a permis de beaucoup parler et de pratiquer le français. Nous avons parlé de la transmission, de ce qui était important pour elles de transmettre à leurs enfants, des différences de générations etc.
Toutes les participantes sont de confession musulmane, donc les premières choses essentielles qu’elles ont évoquées c’est qu’il est important de transmettre les bases de la religion : comment prier, faire le ramadan, respecter Dieu, respecter les gens, respecter tout le monde : les plus petits, les plus grands, les personnes issues de toutes les religions, croyantes ou non. Une maman aimerait que ses filles plus tard portent le voile mais par choix, que cela vienne d’elle, c’est quelque chose qui lui tiendrait à cœur.
Il est également important de transmettre leur langue maternelle.
Une maman a illustré l’éducation des enfants : « c’est comme un sac, il faut le porter, le prendre avec, si tu le laisses, il va rester à terre. C’est comme avec les enfants, il faut les porter, les guider, les accompagner. »
Une autre explique, « c’est comme une corde, il faut toujours être derrière et tirer sur la corde mais petit à petit car si tu vas trop vite, que tu tires trop fort, tu lâches la corde. »
Un autre aspect qui importe, c’est apprendre les recettes de cuisine, ne pas perdre la culture culinaire. Une maman explique qu’avant sa fille lui disait qu’elle n’avait pas besoin d’apprendre, que quand elle serait mariée, elle paiera une femme pour préparer les plats traditionnels. Maintenant elle est mariée et elle fait des appels vidéos avec sa maman pour bien suivre les instructions car elle ne veut pas des recettes d’Internet, elle veut les recettes de sa maman.
Nous avons embrayé sur le sujet du mariage :
Certaines aimeraient que leurs enfants se marient avec quelqu’un de la famille, dans le sens où elles connaissent et savent que ce sont des bonnes personnes. Pour d’autres, c’est hors de question un mariage intrafamilial car cela fait de grandes histoires familiales, les conflits peuvent prendre une plus grande ampleur.
Pour plusieurs, leur mari était un ami de leur frère.
Une maman explique qu’elle a choisi son mari, malgré le désaccord de son père. Au début, il était fâché mais après il  a fini par accepter avec le temps.
Une maman nous a raconté son histoire, elle ne connaissait pas son mari, elle l’a plus ou moins rencontré le jour où il est venu faire les papiers, signer l’acte de mariage, elle, ne voulait pas venir en Belgique, ce qui était prévu car l’homme était un marocain de Belgique. Maintenant, elle est contente d’être en Belgique. Elles sont toutes contentes d’être ici, la vie est plus facile, l’accès aux soins de santé etc. C’est vrai qu’il faut réaliser qu’à l’époque, c’était vraiment une fracture : quitter son pays, sa famille, ses habitudes pour arriver dans un pays qu’on ne connait pas et surtout la communication était difficile, maintenant il y a les réseaux, on peut parler via une connexion Internet, faire des appels vidéos. Avant, c’était beaucoup plus compliqué, elle nous explique que pendant 2 ans elle a beaucoup pleuré, sa famille lui manquait, c’était difficile de communiquer.
A l’unanimité, elles disent que leurs enfants choisiront leur conjoint, alors qu’elles, n’ont pas toutes eu le choix.
Nous avons parlé des différences entre leur génération et la génération actuelle.
Elles expliquent qu’avant, même un mari faisait des bêtises, trompait, consommait, etc. la femme restait à la maison et souffrait, elle avait de la patience, elle prenait sur elle car elle n’avait pas trop d’autres choix.
Maintenant, la femme travaille, elle a son propre argent, elle a son permis, il n’y a plus de différences entre l’homme et la femme.
Il y a du positif mais aussi du négatif, il y a du coup beaucoup plus de divorces, les gens se battaient plus pour que cela fonctionne.
Certaines, trouvent cela mieux maintenant car l’homme aide aussi plus à la maison qu’avant.
D’autres, trouvaient cela mieux avant, que paradoxalement il y avait plus d’équilibre lorsque la femme n’était pas l’égal de l’homme, c’était plus structuré.
En tout cas pour toutes, pour qu’un couple fonctionne il faut qu’il y ait du respect et de la patience.

A la prochaine, pour vous faire part des aventures que nous vivons dans notre groupe d’apprentissage du français.
A bientôt.

Coralie

 

Thèmatique(s)
Parentalité