Le soir du 6 novembre 2014, la Strada, Centre d’appui au secteur bruxellois d’aide aux sans-abri, a réalisé un dénombrement des personnes sans abri, sans logement et en logement inadéquat en Région de Bruxelles-Capitale. Ce dénombrement a été effectué sur les 19 communes bruxelloises ainsi qu’à l’...

Les indications et chiffres que je vais vous présenter dans cet article, proviennent du Baromètre social 2015. Le baromètre social est un rapport annuel qui présente différents aspects de la pauvreté en Région bruxelloise. Il faut garder à l’esprit que les données sont issues de sources...

Enfants et argent de poche

30 Avril 2016 30

 

La semaine du 14 au 20 mars était la semaine de l’argent, l’objectif de cette dernière est d’ouvrir un débat sur les questions d’argent, et de faire la promotion de l’éducation financière. Cette semaine est une initiative de wikifin.be, qui est un programme d’éducation financière. Toute la semaine, différentes activités ont été organisées, tant pour l’enseignement que pour le grand public.

Dans le cadre de cette semaine, wikifin.be a réalisé une enquête : "Comment l'argent est-il géré au sein de la famille en Belgique". Je voulais vous faire part de quelques résultats de cette dernière et vous parler de l’argent de poche.

En effet, l’argent de poche permet à l’enfant d’avoir un contact avec l’argent et ce, dès son plus jeune âge. Cela lui apprend à gérer et à poser des choix. Par contre plusieurs questions doivent se poser : quand commencer à lui donner ? ; Quelle somme ? ; Pour quelles dépenses?, etc.

Dans le cadre de l’enquête, plus de 1700 parents ont été interviewés sur la manière dont ils apprennent à leurs enfants à gérer leur argent.

Une première question est : est ce que les familles parlent d’argent ? Dans une famille sur deux parfois, dans 3 cas sur 10 souvent, cela dépend de l’âge des enfants et de celui des parents. 46 à 49 % des enfants de 15 ans ou plus savent combien d’argent gagnent leurs parents.

L’apprentissage de l’argent et de sa valeur se fait généralement par le biais de l’argent de poche, la plupart des parents commencent à l’octroyer dès l’âge de 12 ans, les résultats de l’enquête indiquent qu’à 12 ans 75% reçoivent de l’argent de poche.

Selon Dimitri Mortelmans, professeur de sociologie à l’université d’Anvers, « On peut donner un peu d’argent de poche à un enfant dès qu’il peut se rendre compte de sa valeur ».

Les montants augmentent avec l’âge des enfants, si on se penche sur l’enquête, à 12-13 ans, c’est souvent 5€ par semaine, cela dépasse rarement les 10€. A 16 ans on remarque une augmentation du montant, cela varie entre 20€ et 100€ par mois. Après 18 ans on se situe entre 40€ et 150€ par mois, dans certains cas qui restent très exceptionnels certains enfants reçoivent plus de 50€ par semaine. Le montant varie sensiblement d’une famille à l’autre. Ilse de Block, chercheuse et conseillère en éducation dit : « Nous conseillons avant tout aux parents de rester fidèles à eux-mêmes.  Donnez ce que vous jugez être correct et ce qui est possible en fonction du budget de votre ménage". "Donnez-lui suffisamment pour acheter les choses qu’il doit payer avec son argent de poche, mais pas trop non plus, afin qu’il apprenne à faire des choix", précise Marijke Bisschop, conseillère en éducation. En effet, cela varie en fonction des dépenses que l’enfant devra financer lui-même.

En ce qui concerne la fréquence : par semaine ou par mois ?

On remarque qu’au début pour les plus jeunes, les parents donnent de l’argent de poche de manière hebdomadaire et qu’en grandissant les parents passent à un paiement mensuel.

Ce qui est surtout important pour l’apprentissage, c’est de donner l’argent de poche à des moments fixes, de toujours le donner au même moment comme cela ça permet à l’enfant de savoir combien il reçoit à quel moment et de combien de temps il dispose avant de recevoir le prochain. Et il faut respecter la règle : « quand la caisse est vide, elle est vide », de cette manière l’argent de poche sert aussi à fixer des limites.

Argent de poche pour quelles dépenses ?

Cela doit aussi être convenu et cela doit être clair pour l’enfant, que doit-il payer avec cet argent de poche, à quoi doit-il contribuer ou pas.

Selon Dimitri Mortelmans, les parents ont deux manières de faire. « La première est de laisser l’enfant dépenser ce qu’il veut,  mais en gardant malgré tout un œil sur ce qu’il fait. L’autre est de préciser clairement à l’enfant les dépenses qu’il doit assumer avec l’argent de poche, par exemple, les frais de GSM et de vêtements. Cela lui permet de faire des choix et de ventiler son budget en conséquence."

Le CEBUD, centre d’étude et de recherche sur le budget, a réalisé une enquête dont il ressort que, dans plus de la moitié des ménages, les parents assument la totalité du coût des choses de la vie quotidienne : école, vacances, transport, activités, loisirs, soins médicaux, vêtements, voiture, permis, etc. Du coup, les jeunes ne dépensent leur argent de poche que pour les extras, pour se faire plaisir ce qui a pour conséquence qu’ils ne se rendent pas compte du cout réel des dépenses vitales. Ils ont donc un style de vie où ils font des dépenses luxueuses alors que dans leur vie d’adultes ce sont des dépenses qu’ils devront réfréner. C’est pour cela qu’il faut idéalement au fur et à mesure que l’enfant grandit, au fur et à mesure que son argent de poche augmente, le faire participer à des dépenses basiques.

Pour venir illustrer cela : la plupart des jeunes de 12 ans reçoivent un smartphone (83%). Après 15 ans, 9 jeunes sur 10 en possèdent un. 6 jeunes sur 10 ne paient rien : ni le téléphone, ni les frais d’utilisation. Seulement 23% paient l’ensemble des frais, cela concerne les plus âgés, d’autres contribuent mais ne paient pas tout.

Deux parents sur trois estiment que les enfants, une fois qu’ils commencent à gagner leur vie et vivent encore sous le toit familial, doivent contribuer aux frais du ménage.

Ilse de Block souligne : « L’argent de poche est un moyen d’apprendre.  Laissez votre enfant faire des erreurs, tenez le contrôle à distance, mais ne lui faites pas des remarques à tout bout de champ. Laissez aussi votre enfant le temps de réfléchir s’il veut s’acheter quelque chose, mais qu’il n’a pas l’argent qu’il faut pour cela. Ne résolvez pas le problème d’argent à sa place."

Au fur et à mesure que l’enfant grandit, les parents attendent également que l’enfant participe aux tâches ménagères, alors pourquoi pas leur accorder un peu d’argent pour des petits boulots tels que laver la voiture, tondre la haie, etc. ? Attention par contre à ce que cela soit conscient et volontaire et non par démission ou chantage, car cela n’est pas normal de n’obtenir de l’aide qu’en vue d’obtenir une rémunération. Il faut également être vigilant au montant accordé pour la tâche, il ne faut pas donner une somme trop importante pour une tache limitée car le risque serait que le jeune risque de surestimer la rémunération de base lorsqu’il cherchera un emploi.

Sources :

-http://monargent.lecho.be/dossier/sdla2016/75_des_jeunes_recoivent_de_l_argent_de_poche.9743034-8342.art?ckc=1

-http://monargent.lecho.be/dossier/sdla2016/.9742978-8342.art

-http://monargent.lecho.be/dossier/sdla2016/A_partir_de_quand_faut_il_donner_de_l_argent_de_poche_Et_surtout_combien.9745595-8342.art?itm_campaign=

Coralie

Assistante sociale